514-255-7727
[email protected]

Blogue

L’auberge de Bruxelles

Année après année, nous constatons qu’il serait profitable et complémentaire à nos services d’offrir un volet «habitation» à notre clientèle. Le pavillon André-Dumont accueil plus de 55 personnes par année, hommes et femmes dans son programme de réinsertion sociale. Notre clientèle est composée à plus de 95% de personnes en situation d’itinérance. Durant leur séjour, chaque résident travaillera les trois sphères de vie : les relations, les loisirs et le travail. À la fin du programme les personnes se doivent d’intégrer une chambre, un appartement, se faire un chez soi.

Débute alors, une recherche rocambolesque parsemée d’embuches inimaginables :

  • ressources financières modestes (bénéficiaires de l’aide sociale);
  • travailleurs à temps partiel et souvent au salaire minimum;
  • jugements défavorables (toxicomanie, itinérance, santé mentale);
  • rareté des logements dans un temps donné sont quelques-unes des réalités que doivent affrontés ces personnes;
  • découragement, abandon et retour à leur ancien mode de vie devient alors une alternative, pour certains.

Dans l’optique de favoriser une réintégration entière aux personnes que nous accueillons sans domicile fixe, nous croyons que notre projet d’habitation principale viendra sûrement répondre à un besoin.

L’Exode sera officiellement  l’initiateur d’un projet de 24 logements communautaires, destinés à une clientèle ayant complétée ou engagée dans un programme de réinsertion sociale. Ces logements viendront réduire des obstacles et permettront aux locataires de vivre plus facilement le passage entre un programme de réinsertion (communauté) à une vie sociale et professionnelle plus réelle, voir plus régulière.

D’ailleurs, tout en étant dans une optique de logement permanent visant la plus grande stabilité résidentielle possible, ce projet se veut tout de même un passage vers une vie sociale et professionnelle encore plus régulière. Du moins, c’est ce que nous souhaitons.